LE TEMPS N’EST RIEN D’AUDREY NIFFENEGGER

Le livre dont le titre original est The time traveler’s wife, sortie en 2003, le film Hors du temps sorti en 2009, je ne l’ai pas encore vu, j’ai toujours peur de voir le film après avoir lu un livre qui m’a impressionné.

C’est le livre le plus… fort ? triste ? dramatique ? que j’ai lu le dernier temps. Si je savais avant quel effet il va avoir sur moi est-ce que je l’airais lu ? Je ne sais pas.

teamareipsempre (1)
Source d’image

Généralement j’évite la lecture qui me donne des idées tristes parce que j’ai du mal à m’y remettre après, ça concerne les filmes aussi, je peux être déstabilisée pour quelque jours ou semaines. Le début du livre ne promettait pas la drame et quand j’ai compris que ça allait être dure il était trop tard, je ne pouvais plus arrêter.

Je pleurais pendant les deux derniers tiers du livre.

Le livre me tenait sous tension tout le long, car j’appréhendais le pire.

En même temps, il m’a fait comprendre comment j’tiens à l’amour que j’ai dans ma vie et à quel point j’ai peur de la perdre, parce que tout dans ce monde est si fragile.

 

1396121680_the-time-travelervs-wife
Source d’image

J’éprouvais la douleur des personnages principales comme si c’était la mienne, et avec le cœur serré je continuais la lecture avec de l’impatience pour apprendre comment ça allait finir, comme si c’était le jugement pour moi personnellement.

Et plus que tout j’espérais qu’ils allaient tenir et faire leur chemin ensemble jusqu’au bout, et plus que tout j’avais peur de deux choses, également horribles dans cette situation pour moi – la mort et l’infidélité, qui sont dans ce cas-là, la même chose.

Je pourrais dire beaucoup à propos de ce livre, mais le lire est incomparable. Il m’a fait très mal, mais aussi il m’a fait comprendre certaines choses.

Publicités

DAISY FAY ET L’HOMME-MIRACLE, FANNIE FLAGG

Le livre qui m’a fait pleurer à la fin de sa dernière page.

199531

A 11 ans on ne sais pas comment notre vie va tourner et quelle direction elle va prendre. Daisy Fay ne pouvait pas l’imaginer non plus.  Elle aime ses parents, son chat et elle est passionnée de cinéma. Elle déteste son prénom Daisy qui signifie « marguerite ». Vivant tranquillement avec sa famille dans les Etats Unis, état Mississippi des années 50, elle n’imagine pas qu’elle va vivre dans un cocktail-bar à la plage, manger des cheeseburgers et boire les milkshakes au chocolat à volonté, que un jour elle va trouver un corps d’une femme au bord de l’eau et que le meurtrier va la retrouver, qu’elle va faire guérir les gens comme par miracle, que sa maman aura le cancer, que son père ne pourra jamais arrêter l’alcool, qu’elle va participer au concours Miss Mississippi et qu’il y a quelqu’un qui va l’aimer toutes sa vie et tout faire pour elle sans qu’elle s’en aperçoive.

 

TO KILL A MOCKINGBIRD

715VLP6M-OLC’est incroyable que j’ai lu ce livre seulement maintenant ! Bien sur, j’avais entendu parler de lui, mais pendant des années je n’avais aucun envie de lire un livre qui porte le nom « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » en croyant que c’est une espèce de détective que je n’aime pas forcement (sauf les livres de Boris Akounin dont je suis vraiment-vraiment fan !). Par hasard je suis tombée sur l’article qui conseillait des livres à lire obligatoirement, parmi lesquels était celui de Harper Lee.

J’avais du mal à commencer, j’ai relu la première page quelque fois pour comprendre qu’est-ce que l’auteur veut dire, mais quelque pages après c’est devenu plus intéressent. A la chapitre 7 j’avais déjà du mal à arrêter la lecture. Lire la suite